_

Identité

                             Sur la générosité magistrale… La perfection de l’homme c’est sa perfectibilité ; Olivier le sait. Comment ? Par son intelligence instinctive. Une preuve : son souci permanent de se désengluer de la sphère du connu, trop connu. Le sens du propos est clair : Olivier possède la conviction intuitionnelle qu’il n’y a que l’autre, le différent, qui transforme, ouvre et met en mouvement. Guetteur de l’altérité, Olivier l’est donc assurément : voilà pourquoi ses amis, sont plus avocats d’affaires, chefs d’entreprises, philosophes, metteurs en scène que designers. Il trouve sans doute en eux la saveur de ceux, qui, dynamisés par une insatisfaction intérieure permanente, ont eu le courage de poser de vrais choix. A n’en pas douter cette audace fait écho en lui… Une chose est certaine : son mode d’être professionnel, porte le sceau de ces rencontres frappées du sceau de la polysémie. Il porte tout simplement la trace d’une intelligence à visage humain. Poreux aux exigences de l’air du temps sans être pour autant esclave de l’esthétiquement correct, attentif, observateur, sans pour autant chosifier ses interlocuteurs, pragmatique sans être utilitariste, Olivier sait trop que le beau est une finalité sans fin ; en conséquence, le risque de le voir faire l’apologie de ses créations est quasi inexistant ; ce dernier geste, relevant plus de l’humilité que de la « dé-confiance », Olivier gagnerait sans doute à en élaborer l’intelligence. Comment ? C’est un « secret » entre lui et moi ; pour ma part, j’en suis convaincu : un jour, il pensera avec vigueur, les notions de mouvement, de trace, d’advenir ; pour le moment il se contente de les éprouver et de les mettre en chair ; et ce, pour le plus grand plaisir de ceux qui mesurent les qualités humaines à l’aune de la générosité magistrale… Jean-Louis Bischoff Docteur en philosophie, auteur, enseignant.

Partager